Les premières ébauches de la statistique remontent aux recensements dès, et même avant, les premiers siècles de notre ère.
Cependant, ce n'est qu'au 18° siècle qu'elle se constitue comme une discipline scientifique autonome, s'employant à décrire les caractéristiques qui définissent une situation.
Statistique vient du mot latin 'status' qui signifie état, situation.
Selon wikipédia :
La statistique est d'un point de vue théorique une science, une méthode et une technique. Les statistiques sont le produit des analyses reposant sur l'usage de la statistique.
La statistique comprend:
Le troisième point, l'inférence statistique, ne s'est développé qu'assez récemment au début du 20° siècle, avec l'appui de la théorie des probabilités.
Nous ne présentons ici que l'aspect 'descriptif' de la statistique, comme introduction à la théorie des probabilités.
Les politiciens font aujourd'hui un usage massif des données statistiques dans leur discours pour justifier leurs prises de position et les mesures qu'ils prennent.
Il faut mettre en garde le lecteur contre une utilisation frauduleuse et détournée de cette science.
Voici quelques exemples de paradoxes caricaturaux :
"On remarque de l'alcool est impliqué dans 35% des accidents de la route graves."
Conclusion: Mieux vaut boire avant de prendre la route puisque 65% des mêmes accidents impliquent des conducteurs sobres.
"Le lit est l'endroit le plus dangereux qui soit!"
En effet plus de 90% des gens trouvent la mort dans un lit.
Parfois la supercherie est plus difficile à détecter. Nous lisions récemment une statistique exprimant que l'attention des conducteurs se relachait quand ils approchaient de leur domicile.
Les chiffres avançés (vrais) démontraient en effet qu'un pourcentage important d'accidents avaient lieu dans un périmètre de 25 km autour du domicile.
Nous laissons au lecteur le soin de démonter cette argumentation fallacieuse.
De toutes façons nous sommes toujours en présence de la même caricature du discours mathématique, avec : Il suffit de concentrer toute l'attention du 'public cible' (lecteur, auditeur, téléspectateur), sur la partie 'vraie' pour lui faire oublier la partie 'fausse'.
C'est un des aspects de la 'KISS-theory' n'ayant rien à voir avec le baiser (traditionnel):
K.I.S.S. : "Keep It Simple and Stupid"
qui donne en français classique :
"Plus c'est gros et plus ça passe".